Des experts en la matière de BMO, de la Banque de développement du Canada (BDC) et Exportation et développement Canada (EDC) donnent des conseils et des renseignements pour aider les propriétaires d’entreprise à gérer les problèmes liés à l’accès au capital et à la gestion de trésorerie compte tenu de la situation de la COVID-19.

Laura Reinholz 
Bonjour et bienvenue à notre webinaire sur l’accès au capital et la gestion de trésorerie. Nous sommes heureuses que vous puissiez vous joindre à nous aujourd’hui et nous espérons que les informations fournies vous seront utiles. Je voudrais commencer par remercier nos experts du panel et leur souhaiter la bienvenue. Julie Barker-Merz, présidente régionale, Gestion privée, BMO Groupe financier. Laura Didyk, vice-présidente, Ligue nationale, Femmes Entrepreneurs, BDC. Jennifer Cooke, responsable d’entreprise, Femmes en commerce, EDC et Sheri Griffiths, présidente régionale, Services bancaires aux entreprises, BMO Groupe financier. J’aimerais également remercier tous ceux qui ont envoyé des questions pour cette session. Je vais poser à chaque intervenante les questions que vous, nos inscrits au webinaire, avez envoyées. Chaque intervenante répondra aux questions pendant 15 minutes, puis je passerai à notre prochaine intervenante. Il y avait un grand nombre de questions et nous avons fait de notre mieux pour établir des priorités en identifiant les thèmes communs et les plus urgents pour vous répondre. Nous travaillerons avec nos experts en la matière pour créer un document qui réponde à un plus grand nombre de questions et de préoccupations. Je vais commencer par des questions pour Julie Barker-Merz. Le gouvernement a présenté un budget de secours économique. Est-ce que BMO offrira des taux réduits pour les facilités de crédit, par exemple, les prêts, les hypothèques, etc. à la suite du plan de relance ?

Julie Barker-Merz 
D’accord, bonne question et bon après-midi et bonjour à tous, selon les régions du pays d’où vous appelez. Commençons donc par les taux d’intérêt. Je dirai que cela a été un peu une cible mouvante au cours des deux dernières semaines et, que ce matin, les taux ont de nouveau été réduits de manière générale. Donc, en commençant par le taux préférentiel maintenant à 2,45%, ce qui est essentiellement les niveaux de 2009, et nous prévoyons un nouvel allégement au cours des prochains jours et semaines. Maintenant, cela signifie que si vous avez des produits de prêt basés sur un taux variable, tels que des lignes de crédit et, dans certains cas, des hypothèques, cela aura un très bon impact sur vous. Pour les lignes de crédit, vos paiements minimaux diminueront. À mesure que les taux d’intérêt baissent, vous devrez payer moins sur ces marges de crédit et cela aura une incidence sur vos flux de trésorerie. Pour les prêts hypothécaires, vous commencerez à rembourser davantage votre capital en raison de la baisse des taux d’intérêt lorsqu’ils sont rattachés à un prêt hypothécaire à taux variable. Et c’est vraiment une bonne chose. Et nous pouvons parler, dans un instant je vais vous parler un peu de ce que vous pouvez faire en cas de modification de vos versements hypothécaires au fil du temps, alors restez avec moi sur ce coup, mais pour l’instant, sachez que si vous avez un produit à taux variable, vos taux baissent.

Julie Barker-Merz 
Maintenant, en termes de cartes de crédit, il existe de nombreux types d’options disponibles sur le marché. Et si les taux sont un problème, c’est-à-dire si vous ne pensez pas pouvoir rembourser vos paiements par carte de crédit mensuellement, alors vous êtes encouragés à regarder les différentes alternatives. Et il y en a beaucoup. Et jetez donc un œil, vous voudrez peut-être passer à une option de produit différente qui vous donnera des taux d’intérêt réduits. Elles sont juste là. Et puis cela recouvre, en termes d’aide économique, cela parle de taux réduits sur les facilités de crédit, et cela m’amènera à la question suivante. Alors, Laura, je vais peut-être vous demander de déclencher la prochaine.

Laura Reinholz 
D’accord, merci. Quelles sont mes options pour ma dette personnelle, mon hypothèque, ma carte de crédit et ma ligne de crédit ?

Julie Barker-Merz 
Oui, et c’est donc directement lié à la première question, c’est pourquoi elles vont en quelque sorte ensemble. Donc, pour vous aider avec un allègement immédiat, les banques offrent un report de paiement de six mois sur les prêts, les cartes, les lignes de crédit – y compris les prêts hypothécaires quand je dis prêts – sans frais et sans modification des conditions de votre produit. Laissez-moi répéter. Nous offrons jusqu’à six mois de report sur les prêts, les paiements de la voiture, les marges de crédit hypothécaires sans frais et sans modification des conditions de votre compte. Et cela concerne toutes les institutions financières. Il s’agit d’un programme mis en place par le gouvernement que nous avons suivi et commencé à mettre en œuvre. En fait, nous recevons des demandes, chaque minute je crois, pour des reports. Maintenant, deux ou trois choses qui sont vraiment importantes pour vous tous, vous devez comprendre qu’un paiement différé ne signifie pas un allégement de votre paiement. Cela ne change pas le montant que vous devez sur votre dette. Vous devrez toujours au final rembourser le montant que vous reportez, plus les intérêts. Alors c’est donc vraiment recommandé pour les personnes qui ont besoin d’une pause dans leurs paiements, qui ont besoin de sauter un paiement en sachant qu’il va être ajouté à la fin. Ce report est disponible pour toutes les demandes reçues avant le 30 juin 2020. Vous n’avez donc pas besoin de sauter dessus si vous n’êtes pas sûr d’en avoir besoin. Et vous pouvez sélectionner d’un à six mois à tout moment. Vous pouvez choisir un mois maintenant, puis dans deux, trois ou quatre mois, vous pouvez dire : « Vous savez quoi, je vais avoir besoin d’un autre allègement d’un ou deux mois. » Et puis vous pouvez commencer à normaliser vos paiements. Le seul élément déterminant, même si je crois comprendre que d’autres institutions financières ont une certaine variabilité dans l’élément déterminant, mais le seul élément déterminant chez BMO est que votre hypothèque soit en règle et non en retard. Voilà. Tant que vous effectuez vos paiements au jour prévu, vous êtes admissible au report d’un à six mois de votre prêt hypothécaire et vous choisissez simplement ce que vous voulez, ce qui est logique pour vous. Maintenant, si votre hypothèque est en souffrance, nous avons des programmes totalement distincts pour cela. Je n’entrerai donc pas dans les détails aujourd’hui. Mais il est important de comprendre que si vous pouvez différer vos paiements, un report ne signifie pas un abandon du paiement, cela signifie simplement que vous l’ajoutez à la fin. Alors je veux juste m’assurer que vous ayez bien tous conscience de cela.

Julie Barker-Merz 
Laura ?

Laura Reinholz 
Merci. Et comment puis-je revoir et améliorer les flux de trésorerie ?

Julie Barker-Merz 
C’est probablement la plus grande question en suspens en ce moment, en particulier pour les propriétaires de petites entreprises. Eh bien, je dirais qu’en fait, tous les propriétaires d’entreprise essaient de gérer ce flux de trésorerie. Et du côté de la gestion privée, pour de nombreux propriétaires de petites entreprises, une grande partie de votre dette est étroitement alignée sur votre dette personnelle. Je vais donc vous donner quelques stratégies autres que ce que je viens de déclarer. Donc, nous avons parlé de sauter des paiements, c’est une très bonne stratégie pour gérer les flux de trésorerie. Alors permettez-moi de commencer par là. Si vous avez besoin d’argent comptant, utilisez les options que j’ai décrites concernant le report de vos paiements, c’est une très bonne option. Maintenant, parmi les autres options à votre disposition et que vous ne réalisez peut-être pas, il y a la possibilité de réamortir votre dette ou de consolider votre dette en un prêt à terme. Et je vais donc parler à nouveau particulièrement du côté de la gestion privée. Pour mes collègues, je partagerai avec vous certaines des stratégies plus tard dans la conférence. Mais si vous avez des dettes personnelles ou des hypothèques, par exemple, vous pouvez faire certaines choses. Vous pouvez soit faire ce qu’on appelle un « taux mixte et prolongation » pour profiter des taux d’intérêt bas et verrouiller le taux pour les années à venir. Et cela pourrait également modifier vos paiements. Cela pourrait en fait changer vos versements hypothécaires, vous pouvez soit annuler votre hypothèque et payer la pénalité, obtenir un taux réduit et réamortir cette hypothèque et vous modifierez en fait le flux de trésorerie, vous modifierez le montant des paiements que vous devez payer aujourd’hui et à l’avenir. Dans certains cas, vous pouvez simplement planifier à l’avance en prévision d’une augmentation des taux hypothécaires au cours des prochaines années. Et ce que vous pouvez faire là, c’est en fait prolonger votre taux, profiter des taux d’intérêt très bas et le verrouiller pour les années à venir. Ainsi, par exemple, s’il vous reste deux ans sur votre prêt hypothécaire, vous pouvez le prolonger à trois, quatre ou cinq ans en utilisant votre taux actuel combiné aux nouveaux taux d’intérêt pour verrouiller vos paiements. Il ne s’agit donc pas seulement de planifier pour aujourd’hui, mais aussi de planifier pour l’avenir. Et ce sont vraiment de bonnes stratégies. Maintenant, une autre option consiste à refinancer votre prêt hypothécaire. Vous pouvez donc soit retirer une partie de la valeur de votre maison, ou ce que nous appelons des capitaux propres, pour débloquer de l’argent pour aider à rembourser d’autres dettes et profiter du faible taux d’intérêt. C’est donc une très bonne option pour ceux d’entre vous qui ont des maisons sans hypothèque ou peut-être que la valeur nette de votre maison s’est appréciée au fil des ans, vous pouvez en fait profiter de ce refinancement de votre hypothèque, qui est le moyen le moins coûteux d’obtenir de la dette à ce stade, si vous prenez un prêt adossé à une hypothèque, vous pouvez avoir le montant d’intérêt le plus bas. Prenez cet argent et remboursez les produits à intérêt plus élevé. Ou prenez simplement cet argent pour vous maintenir pendant les deux, trois ou quatre prochains mois, selon la situation de votre trésorerie. Donc la première consiste à refinancer votre prêt hypothécaire, à retirer les capitaux propres de votre maison, à utiliser cet argent au taux d’intérêt le plus bas possible pour rembourser votre dette ou à l’utiliser comme trésorerie pour vous permettre de tenir au cours des prochains mois. Une autre option, encore une fois, si vous avez un prêt hypothécaire depuis plusieurs années et que vous avez remboursé votre prêt hypothécaire, que vous avez remboursé vos paiements de capital et d’intérêts, vous pouvez en fait prolonger votre amortissement à 25 ans. Disons que vous avez votre hypothèque depuis maintenant 10 ans, que vous remboursez. Votre amortissement est maintenant de 15 ans. Vous pouvez en fait le prolonger à 25 ans pour réduire vos versements hypothécaires. C’est donc aussi une autre excellente solution, en gardant à l’esprit que vous pouvez le faire pour une courte période de temps, et vous pouvez facilement revenir à ce jalon de 15 ans en effectuant des paiements forfaitaires lorsque vous aurez dégagé de la trésorerie cours de l’année suivante, des deux ou trois prochaines années. Et donc l’amortir à 25 ans ne signifie pas que vous allez maintenant avoir une hypothèque de 25 ans et que cela vous prendra beaucoup de temps pour rembourser. Cela signifie simplement que vous utilisez cette stratégie pour dégager de la trésorerie, que ce soit dans vos paiements mensuels ou en dollars réels, afin de pouvoir rediriger votre argent vers d’autres parties de votre entreprise ou de votre flux de trésorerie. C’est un excellent moyen de débloquer de l’argent pour une courte période. Enfin, une dernière option si vous ne voulez pas toucher à la valeur nette de votre maison ou ajuster la durée de vie restante de votre hypothèque, vous pouvez envisager ce que l’on appelle la consolidation de dettes. C’est donc lorsque vous remboursez toute dette renouvelable, comme les cartes de crédit, en un seul prêt que vous remboursez au fil du temps. Cela n’affectera pas votre flux de trésorerie, mais cela vous mettra sur la voie du remboursement de votre dette afin que vous ne tourniez pas simplement dans le vide, en ne payant que des intérêts et ne surmontiez jamais votre dette globale. Il s’agit d’une très bonne solution pour aider à reprendre le contrôle dans une période où vous pouvez être hors de contrôle. Cela pourrait être quelque chose que vous envisagerez dans quelques mois, peut-être pas quelque chose à quoi vous pensez aujourd’hui. Mais les prêts à terme offrent des taux d’intérêt inférieurs à ceux des cartes de crédit. Et c’est une très bonne option si vous n’utilisez plus la partie renouvelable de votre crédit. Gardez donc cela à l’esprit comme une solution à plus long terme avant la prochaine étape, voyons ça dans trois à six mois. On revient à vous, Laura. Laura, vous êtes peut-être en mode muet à moins que nous ne vous ayons perdue. D’accord, je vais supposer que nous avons perdu

Laura Reinholz 
Oh !

Julie Barker-Merz 
Ah, vous voilà.

Laura Reinholz 
Je suis vraiment désolée pour ça. Comment puis-je soutenir mes employés ?

Julie Barker-Merz 
Ouais, c’est donc une autre grande question. Et cela semble changer de minute en minute, avec de très bonnes nouvelles venant du gouvernement. La semaine dernière, comme vous l’avez peut-être tous lu, et sinon, je suis heureuse de partager la bonne nouvelle. Le gouvernement canadien a annoncé des mesures formidables pour aider les entreprises à gérer leur masse salariale. Donc, pour les entreprises dont la masse salariale se situe entre 50 000 et un million de dollars, votre entreprise va obtenir 40 000 $ sans intérêt jusqu’au 31 décembre 2022. Donc 40 000 $, jusqu’au 31 décembre, près de deux ans de prêt sans intérêt. À la fin de cette année et demie, si vous avez remboursé en totalité à cette date, vous recevrez un rabais de 25% ou, dans le cas de 40 000 $, 10 000 $. Donc, 10 000 $ directement à la banque, si vous en avez pris les 40. Maintenant, si vous ne remboursez pas avant le 31 décembre 2022, vous aurez trois ans pour rembourser. Vous rembourserez cela avec intérêt, bien sûr, mais à un taux d’intérêt réduit, et cela vous permettra de remettre votre entreprise sur les rails. Il y a beaucoup plus à venir avec ce programme. Il existe de nombreux autres programmes qui continuent de sortir, jour après jour, ce qui est fantastique. Et toutes les banques travaillent très dur pour mettre cela en place pour vous. Et comme vous pouvez le comprendre, tout cela est nouveau, ce n’est pas quelque chose dans quoi nous sommes généralement impliqués. Nous construisons donc au fur et à mesure, et nous prévoyons que dans les deux ou trois prochaines semaines, toutes les banques auront une option en ligne. Il va y avoir un questionnaire en ligne à remplir. Ça va être très simple et très rapide. Alors gardez les yeux ouverts sur bmo.com pour plus de détails dès qu’ils seront disponibles, et nous continuerons à vous tenir au courant de tout autre nouveau programme provenant du gouvernement que nous aiderons à faciliter en tant qu’intermédiaire.

Laura Reinholz 
Merci, Julie Et votre dernière question est : quelles sont les meilleures pratiques avec les clients ?

Julie Barker-Merz 
Merci. Oui, c’est encore une grande question. Je ne sais pas bien ce qu’il y a derrière cette question. Vous avez peut-être eu des idées différentes de celui qui a demandé cela. Mais je pensais, je pensais que ce serait une bonne chose pour moi d’élaborer autant que possible sur le domaine de l’expérience client, car que je pense à vous tous en tant que propriétaires de petites entreprises, et comment vous pouvez gérer cela avec votre propre écosystème. Donc, la première chose que je dirais, c’est la communication. En ces moments, vous ne pouvez pas trop communiquer avec vos clients. Donc, comme nous faisons aujourd’hui avec ce webinaire, il sera essentiel de tenir vos clients au courant de vos propres défis et de faire preuve de créativité sur les moyens de surmonter tous les défis auxquels vous êtes confrontés. Je pense que c’est là que les communautés se réunissent vraiment et je pense qu’il est normal de montrer cette vulnérabilité aux défis que vous rencontrez et d’obtenir des réactions de vos clients. De quoi ont-ils besoin de vous et comment peuvent-ils vous aider à traverser cette période vraiment difficile ? C’est un peu un effet domino. Et je veux que vous considériez tous que tout le monde a quelque chose à perdre et à gagner au fur et à mesure. Et donc, pensez à renégocier les conditions avec vos clients ou à leur offrir un service gratuit ou à prix réduit pour les fidéliser, vous feriez mieux de croire que dans quatre ou cinq ans, votre client vous appellera et vous dira : « Je suis resté avec vous, à cause du COVID-19. Lorsque vous avez fait cela, cela a créé de la loyauté en moi et je ne vous laisserai jamais, jamais tomber. » Nous entendons encore dire, en tant que banque, pour les personnes avec qui nous avons fait le point en 2008, 2009, elles nous rappellent maintenant et disent, j’espère que vous allez prendre soin de moi. Et pensez-y donc en tant que consommateur. Et pensez du point de vue de vos propres clients, de quoi ils ont besoin de votre part aujourd’hui, et voyez comment vous pouvez aider. Il y a une tonne de webinaires gratuits flottant dans le cyberespace en ce moment. Et juste une excellente occasion de dialoguer avec vos clients, peut-être un peu différemment. Donc, je pense que dans des moments comme ceux-ci, il y a à la fois des points positifs et des points négatifs, et c’est assez étonnant ce qui se passe lorsque nous nous réunissons tous et nous nous soutenons pendant des moments comme ça. Et je vous encourage donc à tendre la main. Et n’abandonnez pas et continuez à relever les défis que vous avez et créez une communauté autour de vous. Et nous allons tous nous entraider. Je vais donc terminer sur cette note, Laura, et je vous invite à poser des questions aux autres intervenants.

Laura Reinholz 
Merci, Julie. Je tiens également à signaler à ceux qui soumettent des questions dans le chat que nous essaierons de leur répondre à la fin si nous en avons le temps. Mais nous les contacterons également séparément pour répondre si nous ne pouvons pas les contacter lors de cette conférence. Je vais donc maintenant passer aux questions qui ont été envoyées à Laura Didyk, qui nous rejoint depuis BDC. Laura, le gouvernement fédéral a fait beaucoup d’annonces concernant le soutien de la BDC aux PME. Pouvez-vous me dire de quoi il s’agit et comment y accéder ?

Laura Didyk 
Oui, bon après-midi. Merci. La BDC a donc à la fois du financement et des conseils commerciaux pour aider les propriétaires d’entreprise à traverser ces moments incroyablement difficiles. Et je vais d’abord parler des programmes de financement. Mais ils sont tous très collaboratifs. Nous avons adopté une approche très collaborative avec toutes les institutions financières. Nous sommes tous, comme Julie l’a mentionné, nous en train de travailler ensemble pour aider les petites entreprises à traverser cette période. Et donc il y a eu quatre programmes qui ont été annoncés par la BDC au cours des deux dernières semaines seulement, donc je vais les parcourir assez rapidement, mais encourager tout le monde à consulter notre site web, visitez notre site web bdc.ca/coronavirus pour plus détails et des mises à jour régulières car, en fait, les choses évoluent. J’aimerais dire quotidiennement, mais c’est presque toutes les heures en ce moment. Donc, le premier dont je vais parler est le BCAP, qui est le programme de disponibilité des crédits aux entreprises. Cela a été annoncé le 13 mars. Et grâce à ce programme, EDC et la BDC accordent plus de 10 milliards de dollars de prêts pour aider les institutions privées à combler l’écart du marché en matière de crédit. Par conséquent, les entreprises qui recherchent un soutien dans le cadre du programme BCAP doivent d’abord contacter leur institution financière, avec laquelle elles ont une relation existante, et l’institution financière évaluera la demande financière du client et ses besoins. Et si le besoin du client dépasse le soutien que l’institution financière est en mesure de fournir, alors l’institution financière va nous contacter ainsi qu’EDC pour accéder aux ressources supplémentaires que le gouvernement a mises à disposition dans le cadre du BCAP. Voilà pour le premier. Le deuxième est du 18 mars. Ensuite, la BDC a également annoncé un programme de financement supplémentaire pour les clients de la BDC, et ce sont des prêts de fonds de roulement pouvant atteindre 2 millions de dollars avec des modalités de remboursement flexibles. Et ils sont disponibles pour les entreprises qui étaient financièrement viables avant l’impact du COVID-19. Donc, si vous aviez une entreprise viable auparavant, et que vous avez été directement touché par la COVID-19, vous pouvez y être admissible. Donc, si vous êtes un client de la BDC, vous devriez contacter votre gestionnaire de compte BDC et lui en parler. Si vous n’êtes pas client de la BDC et que vous souhaitez accéder à ce programme, nous vous recommandons de contacter d’abord votre institution financière. Et, évidemment, vous voulez pouvoir profiter du BCAP et de certains des autres programmes récemment annoncés dans le cadre de l’initiative gouvernementale. Alors, parlez-en à votre institution financière. La communication est vraiment, vraiment la clé pour s’assurer que nous sommes tous sur la même longueur d’onde. Nous comprenons tous, vous savez, qui fait quoi. Et donc nous vous recommandons vraiment de faire ça. Alors, le troisième dont je veux parler est aussi pour si vous êtes un client existant de la BDC, semblable à ce que Julie a mentionné pour BMO et toutes les autres institutions financières. Avec nos clients de financement, nous offrons un report des paiements de capital jusqu’à six mois sur les prêts existants que vous avez. Et cela peut être demandé. Vous devez en faire la demande car, vous savez, vous pouvez ou non vouloir le faire. Vous pouvez donc en faire la demande en contactant votre gestionnaire de compte BDC existant. Et il s’en occupera pour vous. Et enfin, le quatrième dont je vais parler a été annoncé vendredi et c’est le programme de prêt et de garantie pour les petites et moyennes entreprises, qui aidera également les institutions financières à fournir des crédits et des options de liquidité supplémentaires et il est soutenu par BDC et EDC. Ce programme fonctionnera dans le cadre de deux volets de prêt. L’un est avec la BDC. Et l’autre volet des prêts passe par EDC. Les deux sont à nouveau en collaboration avec l’institution financière. Donc, je vais laisser celui d’EDC à Jen Cooke pour en parler parce qu’elle parlera après moi. Mais celui de BDC est un nouveau programme de cofinancement qui réunira BDC et des institutions financières pour cofinancer des prêts à terme, pour les entreprises, pour leurs besoins opérationnels de trésorerie. Les entreprises peuvent donc obtenir des crédits supplémentaires pouvant atteindre 6,25 millions de dollars. Et 80% de cet argent est fourni par la BDC. Et les 20 pour cent restants sont fournis par l’institution financière. Voilà donc comment nous travaillons ensemble. Et les entreprises qui souhaitent profiter de ce programme peuvent accéder au programme via leur institution financière. L’annonce vient d’être faite vendredi, donc je pense qu’ils travaillent toujours sur tous les détails, mais certainement, encore une fois, je pense que la morale de l’histoire est de s’assurer que vous travaillez avec votre institution financière existante et de leur parler des conditions dont vous avez besoin, puis nous travaillerons tous ensemble. J’ai donc parlé des options de financement, ce sont les quatre dont je viens de parler. Mais je voulais également mentionner que nous avons aussi de nombreux outils gratuits disponibles pour les propriétaires d’entreprise pour les aider à gérer à travers cela. Et vous savez, il y a la fin du financement. Mais il y a aussi des sujets importants comme, vous savez, la continuité des opérations et comment vous allez traverser ça et mettre à jour votre plan de continuité des activités ou en développer un si vous n’en avez pas. Nous en avons un gratuitement sur notre site web. Nous avons un outil de planification des flux de trésorerie sur notre site web, nous avons beaucoup de webinaires gratuits qui peuvent vous aider à diriger et à gérer tout cela gratuitement. Ils sont donc sur notre site web, bdc.ca, sous « Articles et outils », la section intitulée « Articles et outils » en haut, et j’encourage tout le monde à y aller et voir s’il y a quelque chose qui peut vous aider. Alors, Laura ?

Laura Reinholz 
Merci. Vous n’avez pas mentionné le nouveau Compte d’urgence pour les entreprises du Canada, pouvez-vous expliquer de quoi il s’agit, qui peut en bénéficier et comment y accéder ?

Laura Didyk 
Oui, depuis, je veux dire que Julie en a parlé un peu, et je vais en lire une partie pour partager. Je crois que Sheri va en parler. Mais c’est aussi un nouveau programme. Cela a été annoncé vendredi. Et il y a un peu de confusion à ce sujet, car il a été annoncé en même temps que le programme de prêt et de garantie pour les petites et moyennes entreprises qui passe par la BDC et EDC, que ce nouveau programme, comme Julie l’a mentionné, est un prêt immédiat de 40 000 $ pour les petites entreprises. Et en gros, ils peuvent bénéficier d’un prêt sans intérêt pour les petites entreprises sous la forme d’une ligne de crédit. Ils sont garantis et financés par le gouvernement du Canada et permettront aux petites entreprises de payer le loyer et d’autres coûts importants qui ne peuvent être reportés. Et c’est pour cela qu’ils sont censés être utilisés. Mais ce programme n’est pas administré par nous-mêmes. Il n’est pas administré par la BDC. Il est administré par les institutions financières. Alors je vais m’arrêter là et laisser Sheri en dire un peu plus. Quand elle en parlera.

Laura Reinholz 
Merci. Que puis-je faire maintenant pendant que j’attends en travail partagé pour augmenter les chances de survie de l’entreprise ?

Laura Didyk 
Oui. Donc, je veux dire, ce dont je veux parler ici, c’est de votre plan de continuité des activités. Et il est tellement tellement important que vous en prépariez un et, comme je l’ai mentionné, vous pouvez aller sur notre site web, et il y en a un là, mais il y a aussi de nombreux autres sites web, je suis sûr que vous pouvez y accéder, mais nous en avons un gratuitement un sur notre site web. Et le but est de vous aider à maintenir vos opérations en cours et de vous aider à récupérer. Donc, vous savez, vous devez envisager d’autres façons d’obtenir vos produits et services dans votre entreprise et de les mettre entre les mains de vos clients si vous le pouvez, et nous, vous le savez, nous avons probablement tous vu sur LinkedIn et entendu parler de certaines choses formidable que font les entreprises, des choses vraiment, vraiment innovantes, non seulement en livrant leurs produits et services à la maison, mais en trouvant, vous savez, une sorte de pivot sur ce qu’elles font et de trouver d’autres moyens d’obtenir les produits et services existants dont elles disposent entre les mains de leurs clients, ou en modifiant un peu leur offre de services pour pouvoir continuer à générer un peu de revenus. Et je pense que nous devons tous – j’encourage tout le monde à sortir des sentiers battus un peu en masse et à voir s’il y a d’autres façons de garder un peu de flux de trésorerie. Et vous savez, nous devons tous nous adapter. Nous nous adaptons tous au fur et à mesure. Mais ce temps vous aidera vraiment, vraiment à vous concentrer sur les priorités de votre entreprise et à planifier vos flux de trésorerie futurs, ce qui vous aidera à déterminer combien d’argent vous avez besoin pour survivre et combien d’argent vous aurez besoin de récupérer ensuite. Parce que la reprise est très importante. Et il est vraiment important de se rappeler que chaque changement que vous apportez a un impact sur votre trésorerie. Il est donc très important de planifier et de mettre en œuvre des changements dans vos entreprises. Et qu’au fur et à mesure que vous le faites, vous ajustiez votre plan de trésorerie et regardiez l’effet que ces changements auront sur votre flux de trésorerie, et le plan de continuité des activités en fait partie et prend en compte vos employés et tout le reste.

Laura Reinholz 
Merci. Tous ces prêts du gouvernement semblent formidables, mais vont-ils m’enterrer davantage parce que je n’ai pas de travail à venir ? Et comment puis-je déterminer si je dois prendre ce risque ?

Laura Didyk 
Nous savons donc tous que le flux de trésorerie est roi. Et vous savez, c’est une question tellement difficile parce que je pense que le plus grand défi avec le COVID-19 est que personne ne sait vraiment avec certitude quand nous allons revenir à ce que les gens appellent « la nouvelle normalité ». Je pense que tout le monde peut convenir qu’à un moment donné, nous pourrons rouvrir nos portes. Mais la plus grande question est de savoir quand, et je pense que c’est le plus grand défi en matière de trésorerie. Nous encourageons donc vraiment les gens à développer un plan de trésorerie hebdomadaire et vous pouvez avoir deux scénarios différents pour votre plan de trésorerie. Donc, vous savez, à quoi cela ressemblera-t-il si vous ne pouvez pas poursuivre le mois ou les trois ou les six prochains mois, et je dis plan de trésorerie hebdomadaire parce que vous devez vous concentrer sur chaque semaine en ce moment. Vous ne pouvez même pas regarder mensuellement, vous devez regarder chaque semaine. Et nous avons – j’encourage tout le monde – nous avons eu un excellent webinaire sur BDC.ca, ou sur la chaîne YouTube de la BDC que nous venons de livrer la semaine dernière et il est intitulé « Comment faire face aux impacts du COVID-19 » sur votre entreprise et il vous explique, étape par étape, comment créer votre plan de trésorerie. Et en le regardant et en regardant à quoi ressemblera la reprise, car alors vous pourrez, cela peut vous aider à évaluer si, vous savez quand ces prêts vont devenir exigibles ou si le paiement va commencer parce que, comme Julie l’a dit, beaucoup d’entre eux c’est, vous savez, toutes les banques sont super, super grandes et reportent quand elles le peuvent et des choses comme ça, mais votre paiement devra commencer un jour. Donc, ce plan de trésorerie auquel vous vous référez presque quotidiennement et de façon hebdomadaire va vraiment vous aider à voir à quoi ressemblera la reprise et ce que vous pouvez soutenir et ce que vous pouvez … Je recommande donc que tout le monde regarde ce webinaire. Le webinaire parle de tendre la main à vos clients, de tendre la main à vos fournisseurs, à vos employés et de faire un examen ligne par ligne de vos dépenses, car en ce moment, chaque cent compte, et il est étonnant de voir comment même un petit changement peut vous faire économiser quelques dollars ici et là. Et ce n’est pas seulement avec votre dette existante et vos accords de crédit existants, mais aussi avec vos fournisseurs et clients et tout. Je recommande donc que tout le monde regarde ce webinaire, puis élabore un plan de trésorerie et y revienne encore et encore.

Laura Reinholz 
Merci Laura. Je vais adapter un peu cette dernière question, juste parce que vous en avez beaucoup traité. Donc, la question était, que se passe-t-il lorsque cela sera terminé ? Comment me préparer ? Donc, pour reformuler un peu : quelles choses supplémentaires les gens devraient-ils prendre en considération pour se préparer à ce moment-là ?

Laura Didyk 
Donc, je pense que vous voulez dire, la chose la plus importante ici est, et je ne le répéterai jamais assez et je l’ai déjà dit, c’est planifiez, planifiez, planifiez autant que possible et soyez agile. Vous devez donc examiner les différents scénarios de flux de trésorerie. Travaillez avec votre comptable et examinez ce qui est possible et commencez à planifier dès maintenant votre reprise. Communiquez avec vos clients. Lorsque les choses commenceront à changer, vous devrez dépenser de l’argent pour gagner de l’argent. Et vous devrez donc planifier cela. Et nous encourageons chacun à parler à ses clients, à revoir ses besoins en personnel, à gérer fréquemment son plan d’exploitation. Vous savez, la seule chose sur laquelle nous pouvons tous être d’accord, c’est que nos employés – dans chaque entreprise – sont le plus grand atout d’une entreprise. Et dans de nombreuses provinces du pays et dans la plupart des provinces du pays, nous étions confrontés à une pénurie de main-d’œuvre. Nous ne le sommes pas maintenant, mais nous le serons à l’avenir. Et donc vous voulez garder ces employés si vous n’avez pas pu les conserver dans les effectifs, vous voulez les tenir près de vous, pour pouvoir les encourager à revenir et, comme Julie l’a mentionné, ces clients à revenir. Donc, vous savez, la communication, une communication claire est vraiment, vraiment la clé ici. Et parce que, comme l’a dit Julie, nous traverserons tout cela. C’est difficile à croire pour le moment, certains jours, mais nous allons traverser ça. Et il est vraiment important que vous travailliez avec vos fournisseurs, vos clients, vos employés. Et vous savez, tout le monde veut aider tout le monde. Je pense que c’est la seule chose importante. Et tout le monde est prêt à aider. Et nous ferons ce que nous pouvons pour que tout le monde traverse ça, parce que c’est vraiment important, car au bout du compte, ce sont les petites et moyennes entreprises qui font vivre le Canada, et c’est l’essentiel de notre emploi. Et il est si important que nous travaillions tous ensemble pour continuer à les faire fonctionner. Je termine là-dessus, Laura.

Laura Reinholz 
Merci beaucoup. Je vais changer de sujet maintenant et poser des questions à Jennifer Cooke, qui se joint à nous depuis EDC. Jennifer, comment le coronavirus affecte-t-il l’économie mondiale et combien de temps pensez-vous que ça va durer ?

Jennifer Cooke 
Merci beaucoup, Laura. Et bonjour à tout le monde sur la ligne. Bonne question. Il est certain que, comme vous le savez tous, les restrictions de voyage, les fermetures de frontières et les fermetures d’usines perturbent toutes les chaînes d’approvisionnement mondiales et réduisent les flux commerciaux ces jours-ci, en moins de quelques mois, il est vraiment devenu la force dominante qui affecte l’économie mondiale. Ce qui est intéressant, c’est que des effets similaires sur l’économie de la propagation de virus ont été observés dans le passé avec le SRAS, la grippe aviaire, les épidémies de virus Zika, etc. Même en remontant aux records de la grippe espagnole en 1918. Dans tous ces cas, alors que les effets ont causé de grandes pertes et souffrances humaines, ce qui est super intéressant, c’est que l’économie s’est avérée assez résiliente. Ce qui est commun dans tous ces cas, Laura, et en particulier le COVID-19, c’est la vitesse de propagation du virus qui est survenue comme un événement surprenant que personne n’a même vu venir. Et ainsi l’activité économique est interrompue très rapidement et de manière si générale qu’il y a vraiment peu de sources d’approvisionnement alternatives pour faire avancer les choses. Personne n’a eu le temps de vraiment s’y préparer. Cependant, dans ces cas, les besoins et les demandes de base des gens sont toujours là et s’accumulent chaque jour. Et c’est une différence fondamentale par rapport à la crise financière de 2008. L’histoire a montré qu’une fois que le virus est sous contrôle et que les perturbations diminuent et que les productions reprennent, cette demande refoulée sera déchaînée et le rebond économique sera généralement rapide et spectaculaire également. Il y aura certainement des impacts permanents à coup sûr. Mais une fois que l’argent recommence à circuler, et que la plupart de ce qui s’était arrêté reprend généralement, la reprise économique devrait également connaître un net rebond. Ainsi, le défi pour l’économie mondiale et pour les exportateurs canadiens dépend en fin de compte, comme nous l’avons dit, comme l’a mentionné Laura, de la gravité et de la longévité du COVID-19. Bien sûr, ce sont deux des plus grandes inconnues en ce moment, ce qui est le plus frustrant pour les entreprises qui essaient de trouver la meilleure réponse. Comme tous les flux commerciaux, les flux de produits et les flux de paiement sont perturbés et provoquent une crise de trésorerie pour toutes les entreprises. En fait, aucune entreprise n’est épargnée par ce coronavirus. Même les plus grandes sociétés, potentiellement certains de vos clients, connaîtront probablement un resserrement des flux de trésorerie. Donc, à ce stade, bien que les prévisions soient toujours une cible mouvante, l’équipe économique d’EDC s’attend à ce que les répercussions économiques négatives du coronavirus se concrétisent principalement au cours du premier semestre de cette année. Et avec l’essentiel de la reprise mondiale se produisant entre juillet et décembre avec un fort rebond de la croissance en 2021. Mais cela dit, nous surveillerons de près le contrôle de la propagation du virus. Quelle est la chose la plus importante pour réduire les effets économiques. Et comme pour toutes les prévisions, je vais souligner que les choses bougent tout le temps, ce qui peut créer un calendrier différent pour ces prévisions.

Laura Reinholz 
Merci Jennifer. La question suivante. Comment les exportateurs devraient-ils gérer au mieux les risques commerciaux pendant la période du COVID-19 ?

Jennifer Cooke 
Oui. Plus important encore, c’est aux entreprises canadiennes de se protéger. Elles doivent avoir une solide stratégie de gestion des risques qui leur permet d’être proactives plutôt que réactives face à ce qui se passe. Donc, comme le plan de trésorerie dont Laura Didyk a parlé, je veux encourager les entreprises à réfléchir de manière proactive aux stratégies et aux outils financiers à leur disposition. Et dont, en fait, vous pouvez tirer parti dès maintenant pour gérer les risques et affronter la tempête. Ainsi, en matière de gestion des risques, il y a plusieurs volets à considérer et ils peuvent être divisés en quatre grands groupes. Le premier est l’évitement des risques. Donc, à savoir, avez-vous un plan B ? Par exemple, si vous sous-traitez la fabrication, planifiez-vous à l’avance afin de pouvoir commencer à fabriquer localement ? Si vous vendez à l’international, avez-vous un ensemble diversifié d’acheteurs ? Ou mettez-vous tous vos œufs dans le même panier ? Compte tenu des fluctuations actuelles, avez-vous une bonne stratégie de change en place ? Ce ne sont que quelques éléments à prendre en compte en ce qui concerne les risques dans votre entreprise. Le deuxième volet est le partage des risques. Encore une fois, sous-traitez-vous ? Êtes-vous en partenariat ? Vous concentrez-vous sur une seule ligne de produits ? Ou avez-vous plusieurs gammes de produits de sorte que si l’un de vos secteurs d’activité est impacté, il pourrait ne pas affecter les autres, ou il pourrait réduire l’impact négatif sur votre entreprise. Donc, trouver des moyens de répartir ou de partager les risques sont des choses que vous pourriez envisager et évaluer. Le troisième volet est la réduction des risques. Ainsi, en examinant vos contrats, nous constatons souvent que les entreprises canadiennes travaillent avec des bons de commande et ne structurent pas correctement leurs contrats avec de vrais conseils juridiques. En particulier, pour les commandes à l’extérieur du Canada, c’est super, super important. Donc, avez-vous les clauses appropriées dans vos contrats qui vous protègent dans le cas où vous ne pouvez pas exécuter un contrat si des situations comme celle-ci se produisent ? Avez-vous un plan d’urgence pour les fonds de roulement, même si vous êtes maintenant dans une situation de trésorerie décente, il est bon d’avoir quelque chose en place lorsque vous en aurez besoin en cours de route. Le quatrième volet est le transfert des risques. Et quand je parle de ça, je fais vraiment référence à l’assurance. Ainsi, par exemple, protégez-vous vos comptes débiteurs qui sont souvent le plus grand actif de vos livres ? Si vous produisez des biens ou des services personnalisables, avez-vous souscrit une assurance en cas d’annulation de contrat ? Dans le cas où vos contrats sont annulés une fois que vous avez déjà commencé à engager des frais. Des choses comme l’assurance du fret maritime si vos marchandises sont expédiées par mer. Ou, en fonction de votre secteur, il peut y avoir des obligations de cautionnement ou de garantie de performance pour vos contrats. Il est très important de se demander si vous êtes protégé contre les appels injustifiés potentiels de ces instruments financiers à un moment comme celui-ci. J’aimerais donc consacrer deux minutes de plus à parler des risques de non-paiement, ce qui est vraiment particulièrement important pour de nombreux exportateurs canadiens. L’assurance-crédit est un outil pour protéger vos comptes débiteurs impayés contre le risque de défaut de paiement pour quelque raison que ce soit, faillite, refus de payer, etc. Et c’est un outil essentiel, vital, pour protéger votre entreprise, même si vos clients sont de grandes entreprises stables. Comme je l’ai mentionné précédemment, même elles peuvent connaître une crise de trésorerie pendant cette période sans précédent, ce qui pourrait avoir un impact sur les paiements à leurs fournisseurs. L’assurance-crédit peut être structurée en fonction des besoins spécifiques de votre entreprise et vous assurer d’obtenir la bonne couverture pour atténuer les risques adaptés à votre entreprise. Elle peut également vous aider à mieux comprendre la solvabilité de vos clients si vous êtes en mesure de les assurer. Votre assureur peut donc fournir des informations vraiment critiques sur vos clients à cet égard. Si vous traitez avec des marchés à risque plus élevé ou avec des acheteurs ou des secteurs plus risqués, il est important de vous assurer que votre compagnie d’assurance a le goût du risque pour vous soutenir sur ces marchés et secteurs. Et je voulais simplement mentionner qu’il existe de nombreux assureurs privés, mais EDC propose plusieurs solutions d’assurance à cet égard, qui peuvent être des options flexibles pour répondre aux besoins spécifiques de votre entreprise. Retour à vous, Laura.

Laura Reinholz 
Merci. Je regarde juste l’heure et parce que c’est une question à plusieurs niveaux, cela peut être notre dernière question pour vous, mais je surveille juste le temps. EDC ajustera-t-elle certaines des exigences qui ont été mises en place afin de fournir un soutien financier supplémentaire, à quel type de libération d’engagement pouvons-nous nous attendre et EDC garantira-t-elle les prêts bancaires ? Et le QI au Québec ?

Jennifer Cooke 
Oui, définitivement une question bien chargée. Comme cela a été mentionné la semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé plusieurs mesures, pour aider les entreprises canadiennes à faire face pendant cette période. On a également demandé à EDC et à la BDC de jouer un rôle très important en aidant à relever certains des défis économiques en cours et en développement qui découlent du COVID-19. En tant que sociétés d’État financièrement stables, nous sommes là pour aider les entreprises dans les bons et les mauvais moments. Nous travaillons donc très dur pour ajuster nos supports le plus rapidement possible afin de répondre aux besoins des entreprises. Au cours de cette période, EDC s’est attachée à apporter davantage de liquidités sur le marché afin d’aider les entreprises canadiennes à relever les défis auxquels elles font face avec cette crise de trésorerie. Et la semaine dernière a été le début de plusieurs annonces sur ce que fait spécifiquement EDC. Donc, à partir d’aujourd’hui, il y a trois choses que je veux – désolée, quatre choses – dont je voulais vous parler. Et, d’abord et avant tout, afin de transférer les avantages du soutien au crédit annoncé par le gouvernement aux exportateurs canadiens, tous nos produits ont été ajustés pour être plus flexibles. Cela signifie donc que nous augmentons la capacité de nos solutions financières existantes et que nous modifions notre appétence pour le risque, tant pour les assurances que pour les produits commerciaux et les garanties de prêts, qui entrent en vigueur immédiatement. Ainsi, en partenariat avec nos partenaires des institutions financières canadiennes, nous ajoutons en fait un soutien de crédit supplémentaire ainsi que des reports de paiement de six mois sur tous les frais, aux clients nouveaux et existants en ce qui concerne nos garanties. Nous nous efforçons également de rationaliser nos processus de souscription afin d’accélérer l’accès à l’allégement des flux de trésorerie et d’accroître la flexibilité de notre appétit global pour le crédit. Pour nos clients d’assurance, donc pour tous les clients d’assurance en ligne qui sont avec EDC pour assurer les comptes clients, à court terme, nous apportons des changements immédiats à nos solutions d’assurance. Lorsque nous évaluons la couverture d’un nouvel acheteur, nous nous efforçons de prendre des risques plus importants que par le passé et d’élargir notre couverture maximale pour certaines assurance-crédit sélectionnées. Nous augmentons la flexibilité pour continuer la couverture dans la mesure du possible dans les situations où le crédit d’un acheteur se détériore déjà. Nous couvrons également les pertes de marchandises expédiées même si l’acheteur n’a pas accepté les marchandises sous réserve de certaines conditions, qui ne faisaient pas partie de la couverture d’assurance-crédit auparavant, et nous renonçons en fait à la période d’attente de 60 jours pour les réclamations. Je tiens cependant à préciser que toutes les réclamations seront toujours évaluées de près conformément aux directives habituelles sur les réclamations. Comme l’a dit Laura, le 24 mars, EDC a annoncé son soutien initial par l’entremise du Programme de disponibilité des crédits aux entreprises, appelé BCAP pour les petites et moyennes entreprises, et comme BDC offre cela comme solution de co-prêt, EDC va offrir aux banques une garantie sur les prêts pouvant atteindre 6,25 millions de dollars, afin que les entreprises puissent accéder plus rapidement aux liquidités. Et ces prêts seront garantis à 80% par EDC pour être remboursés dans un an. Ainsi, de façon assez impressionnante, les entreprises admissibles qui sont touchées directement ou indirectement par le COVID pourront obtenir jusqu’à 12,5 millions de dollars par le biais des flux de prêts de BDC et d’EDC ensemble. Encore une fois, vous savez, tout cela est offert par les institutions financières, car il aurait été vraiment impossible pour EDC de passer à l’échelle supérieure suffisamment rapidement. Offrir ces solutions par l’entremise des institutions financières canadiennes qui travaillent déjà avec des entreprises canadiennes est le moyen le plus rapide et le plus efficace d’obtenir le financement des entreprises. Donc, vous savez, les banques mettent un certain temps à se mettre à jour très rapidement et à rendre opérationnels ces programmes. Je pense qu’au cours des prochaines semaines, ils seront pleinement opérationnels. Et je sais que nous manquons de temps. Mais je tenais à souligner une dernière chose qui a été annoncée vendredi, comme Laura l’a mentionné, dans le cadre des annonces du gouvernement vendredi, à savoir que le gouvernement du Canada a également temporairement élargi les pouvoirs nationaux d’EDC pour aider davantage les entreprises canadiennes. Donc, cela signifie que c’est un mandat plus large pour EDC qui nous donne la possibilité de fournir toutes nos solutions à toutes les entreprises canadiennes maintenant, y compris celles qui ne vendent pas nécessairement à l’étranger. Nous allons travailler en étroite collaboration avec la BDC et les institutions financières afin que ce soutien accru puisse aider encore plus d’entreprises canadiennes. Je pense que je vais vous laisser la parole, Laura.

Laura Reinholz 
Merci beaucoup, Jennifer. Je suis désolée, nous ne sommes pas arrivés au bout de vos questions, mais je dois aller vers Sheri. Et maintenant, nous avons notre dernière intervenante, Sheri Griffiths avec BMO. Bonjour, Sheri.

Sheri Griffiths 
Bonjour Laura.

Laura Reinholz 
Sont-elles plus ouvertes à prêter de l’argent ? Les banques sont-elles disposées à prêter de l’argent si les ratios sont conformes compte tenu de l’incertitude actuelle ?

Sheri Griffiths 
Merci, Laura, et merci beaucoup à mes collègues qui sont intervenus, je pense en fait qu’elles ont fait un excellent travail en ouvrant la voie à certaines de mes questions, très honnêtement. Et celle-ci en particulier en est une, en écoutant simplement ce que Laura et Jennifer ont dit au sujet des programmes qui sont mis en place pour aider à gérer le risque. C’est pourquoi je dirais que nous sommes très confiants et que nous sommes prêts à prêter de l’argent. Bien évidemment, chaque accord, chaque transaction que nous examinons sera différente. Mais avec les options pour gérer le risque de différentes manières. Cela signifie simplement que nous pouvons continuer à prêter de l’argent dans la situation actuelle. De toute évidence, nous devons examiner les choses de plus près. Et vraiment comprendre à quoi ressemblait l’entreprise avant le COVID et combien de temps il faudra pour récupérer une fois que tout se sera stabilisé et avoir un bon plan de ce à quoi cela ressemble. Être capable de vraiment sensibiliser toute analyse de ce qui arrivera au mieux de nos capacités. De toute évidence, il y a beaucoup d’inconnues en ce moment, nous jouerons un grand rôle dans les transactions, mais nous sommes définitivement toujours prêts à prêter de l’argent.

Laura Reinholz 
Merci. Question suivante. Dois-je demander le nombre maximum de reports de paiement que je peux à l’avance pour mes prêts aux entreprises, ou seulement ce dont j’ai besoin immédiatement et appeler mon chargé de clientèle lorsque mon besoin de capital augmente ? Quand dois-je augmenter ma marge de crédit d’exploitation ?

Sheri Griffiths 
Merci, Laura, je pense la même chose que ce Julie a dit du côté personnel et du côté des petites entreprises, je ferais écho à beaucoup de ces commentaires dans cette section ici. Je pense que vous devriez avoir une conversation avec votre banque et voir quel est le nombre maximum disponible pour vous. Cela ne fait pas de mal de demander cela. Et puis, si les choses changent dans un, deux, trois mois, quatre mois et que vous souhaitez recommencer à effectuer des paiements, vous avez toujours la possibilité de le faire. Il est donc logique de mon point de vue de demander le maximum, si c’est quelque chose qui vous préoccupe. Je pense que cela dépend en grande partie de votre flux de trésorerie et de vraiment comprendre vos chiffres et dans quelle mesure vous aurez besoin du report. De toute évidence, la question à laquelle tout le monde est confronté en ce moment est de savoir dans combien de temps cela va changer ? Ou dans combien de temps pourrai-je fonctionner normalement ? Et parce que nous ne connaissons pas la réponse en ce moment, ma recommandation est de parler à votre chargé de clientèle. Allez-y et demandez le report maximum, demandez l’augmentation du crédit d’exploitation. La plupart des banques, et certainement la nôtre, nous avons une approche très rationalisée en ce moment. Donc, la vitesse et la facilité d’utilisation rendent logique de le faire pendant que vous le pouvez. Et puis, si vous devez changer cela parce que les choses sont revenues à la normale, vous êtes invités à nous rappeler et nous pouvons y remédier à tout moment.

Laura Reinholz 
Merci. Alors, voici une autre question double. Avec la planification d’urgence.  Jusqu’où dois-je regarder et quand dois-je prendre des mesures pour a) laisser partir le personnel et b) vendre un bâtiment ?

Sheri Griffiths 
Oui. Et encore une fois, je ferais écho aux commentaires de mes collègues ici, Laura et Jen ont parlé de trésorerie. Et comprenez vraiment vos chiffres, travaillez avec vos partenaires, parlez à votre comptable ou comptable, et assurez-vous d’avoir une compréhension claire de vos flux de trésorerie d’une semaine à l’autre. Et je pense que vous devez regarder de mon point de vue au moins sur six mois en ce moment, pour voir où cela vous mène. Et cela vous aide à avoir un bon plan en ce qui concerne ce que vous pourriez avoir besoin de faire et quelles décisions vous pourriez avoir besoin de prendre. Je pense qu’il est vraiment important que vous compreniez la viabilité de votre entreprise lorsque les choses se calmeront et à quoi elle pourrait ressembler. Nous voyons des exemples d’entreprises qui prennent des virages et changent complètement ce qu’elles faisaient avant et après. Et les choses se présentent très différemment lorsque vous prenez ces décisions. Donc, je pense que le fait d’avoir un flux de trésorerie vraiment détaillé vous aidera vraiment à comprendre à quoi ressemblera ce plan d’urgence, et si vous devez ou non prendre des décisions concernant le licenciement du personnel. Peut-être qu’en consolidant votre dette, en vendant des bâtiments, n’importe lequel de ce genre de questions, vous devez être en mesure de voir, avec de la trésorerie, pour comprendre vos besoins.

Laura Reinholz 
Merci. La prochaine porte également sur la trésorerie. Alors, comment faites-vous le pont lorsque vous savez que de l’argent arrive, mais que vous ne savez pas quand ?

Sheri Griffiths 
Oui, non, c’est une excellente question, surtout en ce moment, avec le nombre d’avantages et d’opportunités qui nous sont proposés en ce moment, beaucoup de propriétaires d’entreprise appellent pour dire, je sais que cela arrive. Je n’ai tout simplement pas les fonds aujourd’hui. Mais j’en ai besoin en attendant. Je pense que ma première recommandation à ce sujet est de contacter votre banquier et d’avoir une conversation avec lui. Toutes les institutions financières ont établi un partenariat avec le gouvernement grâce à bon nombre de ces solutions. Et donc, nous sommes vraiment clairs et savons à quoi pourrait ressembler cet échéancier lorsque certains des fonds arriveront par exemple. Et donc je pense qu’avoir une conversation avec votre banque vous aidera à déterminer quelles options vous avez, que ce soit des reports de paiement, ou des lignes d’exploitation accrues, des consolidations, toutes ces choses sont sur la table, surtout si vous avez un bon plan, et que vous comprenez ce dont vous aurez besoin et quand. Ma suggestion est donc de demander de l’aide. Assurez-vous d’avoir les chiffres et les informations dont vous avez besoin. Et discutez ensuite avec votre banque pour déterminer ce dont vous avez besoin à court terme.

Laura Reinholz 
Merci. Et votre dernière question, Sheri, est la suivante : à la lumière des annonces de vendredi, savez-vous quand les 40 000 $ annoncés par le gouvernement seront disponibles par l’intermédiaire de la banque ?

Sheri Griffiths 
Oui. Ce qui est génial à ce sujet, je voudrais dire, c’est sans précédent d’avoir toutes les banques alignées et de s’assurer que nous avons tous cela à disposition dès que possible. Jen et Laura ont parlé de la nécessité de passer par des processus en coulisse pour mettre en place un grand nombre de ces différents programmes, en particulier celui pour les 40 000, le compte d’urgence pour les entreprises. Celui-ci, nous y mettons un haut niveau de concentration. Et dès maintenant, suite à une conversation que j’ai eue ce matin avec nos directeurs chez BMO. Je sais, par des conversations avec d’autres banques, qu’elles cherchent vraiment à mettre cela en place vers la fin de la semaine prochaine. Encore une fois, prenez cela avec un grain de sel, car actuellement, du point de vue technologique, nous devons vraiment nous concentrer sur le fait de pouvoir lancer une application en ligne assez rapidement avec une attestation qui nous permet de financer cela. Il s’agit donc simplement d’une question de temps pour que toutes les banques accomplissent cela dans les coulisses et soient en mesure de rendre le processus fluide et facile d’un point de vue numérique. Je connais beaucoup des questions et je pense que j’en ai vu une dans le salon de discussion ainsi que les critères pour cela. Et comme Julie l’a partagé, juste pour clarifier, c’est pour les propriétaires d’entreprise qui avaient entre 50 000 et un million de dollars de poste de salaires l’année dernière. Et l’autre critère sera que votre entreprise était en place avant le 1er mars. Ce sont les seuls critères que nous avons à ce stade. Ainsi, la demande en ligne constituera probablement une attestation sous une forme quelconque qui vous permettra d’attester de ce dont vous avez besoin pour que nous puissions financer cela. Donc c’est vraiment le cas – j’espère que nous aurons cela en place la semaine prochaine. Mais en même temps, je pense que vous devez faire preuve de patience avec nous tous afin de nous assurer que tout soit harmonisé et que nous puissions le faire efficacement.

Laura Reinholz 
Merci Sheri. Voilà le résumé de toutes les questions que nous avons. Merci donc, Sheri, Jennifer, Laura et Julie pour toutes ces grandes informations. Cela nous amène à la fin de notre temps. La dernière diapositive comprend les coordonnées si vous souhaitez contacter l’une des intervenantes. Nous publierons ce webinaire sur BMOforWomen.bmo.com si vous souhaitez accéder à ces informations ou les partager. Merci de vous être joint à nous, soyez en sécurité et portez-vous bien.

Share This